vendredi 20 janvier 2017

Dieu et la souffrance

Encore une fois, et c'est que la question est Essentielle, je confronte Dieu au Mal, à la souffrance...
Je remarque que l'une, parmi les raisons qui nous font poser cette question, c'est '' l'injustice ''… ! Qu'il est ''injuste'' de voir un enfant souffrir...
C'est l'injustice ( face à l'innocence de l'enfant) qui provoque la question de la responsabilité divine... !
Alors... réponds le philosophe et théologien orthodoxe Bertrand Vergely, c'est que la question est mal posée :
« Il faut arrêter de penser que l’enfant qui souffre subit une injustice. La justice n’a jamais été de faire souffrir quelqu’un qui est coupable pour lui faire payer sa faute. »
« L’enfant ne souffre pas pour payer quelque chose, il porte l’humanité au même titre que toute personne. Devant la souffrance, la vie, la mort, la beauté, il n’y a pas d’âge. Le tragique, c’est que cette souffrance terrible qui existe dans l’humanité s’abat sur tous, y compris des enfants. »


Je suis confronté à un gouffre qui s’empare de moi, lorsque je cherche à trouver les causes ( la responsabilité …) de ma souffrance, de ma maladie, ou de la mort possible de mon enfant, ou de moi-même....

Alors, j'approche l'Enfer... Et d'autant plus si mon rapport à Dieu est un ''rapport contractuel'' : « Je Te loue, je Te sers, je Te prie, en échange tu es 'juste' avec moi…. »
J'approche l'Enfer, d'autant plus si mon rapport à Dieu, repose sur cette notion de rétribution : « je souffre parce que je suis responsable d'un mal…. ; je souffre pour que Tu comptabilises cette souffrance pour mon salut, ou celui du monde … »
Dieu n'est ni ''justicier'' : « si le mal me tombe dessus, c’est que je l’ai mérité », ni ''pervers'': « tu m'envoies la souffrance pour me sauver, moi ou d'autres… »

Dieu traverse la souffrance, et la vainc. '' Il est Vivant ''. Seul, ce message permet d'affronter la souffrance... Je ne suis pas seul, son Esprit m'accompagne : et c'est le seul objet de ma prière... !

Pour en revenir aux enfants, je note les propos de Anne-Dauphine Julliand, 'Le bonheur malgré tout', (mère d'enfants malades, dont l'une est morte, et qui vient de faire un documentaire...)
« L’enfant, lui, a des convictions fortes. Il croit à son bonheur. »
« Les enfants ne s’apitoient pas sur leur sort. Quand ils ont mal ou qu’ils en ont marre, ils pleurent. Et puis, l’instant d’après, ils peuvent se remettre à jouer et à rire. »

Et voilà ce que dit, Bertrand Vergely :
« Et j’invite celui qui est bouleversé par cette souffrance à se demander en quoi il lui arrive, lui aussi, de faire souffrir des enfants. Le Christ, quand il critique les pharisiens, leur dit “regardez-vous !”, “redevenez comme des enfants, retrouvez votre émerveillement. Si vous faites cela, vous allez guérir le monde”. »

mardi 17 janvier 2017

Histoire et Légendes en Limousin : Roger de Laron. ( Saint-Julien-le-Petit ) - 5/.-

Voici un autre récit qui concerne directement le seigneur de Laron... Ce texte provient d'un document recopié et qui se réclame d'un codex ayant appartenu à un frère dominicain, compagnon du limousin et inquisiteur Bernard Gui. Celui-ci devait être chargé d'écrire les témoignages récoltés, dans les campagnes limousines...
Je le cite :
« Ce noble, dont le comportement lui vaut de nombreux ennemis, a l'habitude de voyager de nuit pour échapper aux embuscades. Une nuit, il traverse une forêt proche de la Maulde avec son écuyer et, avant d'en sortir pour déboucher dans un champ à la lisière du bois, il envoie son écuyer voir si personne ne leur tend de piège. La lune brille et permet de bien distinguer les alentours. L'écuyer s’avance donc et aperçoit une grande armée de cavaliers approcher. Il en avertit son maître qui décide d'attendre afin de voir s'il s'agit d'amis ou d'ennemis. La troupe passe, il sort du bois et rencontre un chevalier sur un destrier, qui tient un autre cheval par la bride. Il lui demande s'il est bien son ami mort depuis peu, et l'autre acquiesce. « Qui sont ceux qui te précédaient? » demande-t-il alors. Le défunt répondit : « Ce sont des nobles et des chevaliers, celui-ci et celui-là, et il en nomma beaucoup, qui, comme moi,.vont cette nuit à Jérusalem puisque telle est notre Pénitence. » 

Le vivant demande à quoi sert ce cheval qu'il mène : .« Il est pour vous, si vous voulez venir en Terre Sainte avec moi », et il ajoute qu'il peut monter le destrier en toute tranquillité car il sera reconduit vivant pour peu qu'il suive ses avertissements. Le chevalier accepte malgré les objurgations de son écuyer, et disparaît aux yeux.de celui-ci. Le lendemain, l'écuyer vient attendre son maître là où il a disparu et le retrouve sain et sauf. Le mort a donné à son ami une serviette de salamandre et un couteau dans un fourreau afin qu'il ne s'imagine pas que tout cela ne fut qu'illusion. »

On commence à comprendre pourquoi, des récits anciens dans cette région évoque de nombreuses histoires avec un ''Roger le Diable''... En effet, j'ai réuni diverses légendes locales qui semblaient sans lien avec notre personnage, et pourtant finissent par dessiner une biographie légendaire de Roger, seigneur de Laron, ancien templier ; dont la trace historique fut effacée par ses descendants ; au point de changer le nom du château ( certains préféreront parler du château de Rochain ou Rochein ) ; et d'abandonner le patronyme ''Laron'' …

Cette histoire de '' troupe de cavaliers fantôme'' est en ce XIVème siècle, prise très au sérieux. Cela évoque les chasses fantastiques d' Hellequin et de sa mesnie ( maisonnée, famille …). En Limousin, on parle de ''Chasso galero''. Roger de Laron, connaît bien ces ''chasses'', comme tous ceux de son époque : lettrés ou simplement auditeur aux veillées, il connaît bien ce que l'on raconte sur cette troupe de démons conduite par Hellequin... Fauvel, Gautier Map (De nugis curialum) en particulier, en portent témoignage …
A l'origine d'Hellequin, on trouve Herla, le "roi très ancien des Bretons". Le roi du peuple des morts s'invite aux noces de Herla et lui propose en retour de se rendre aux siennes l'année suivante. Aux termes du pacte ainsi conclu, Herla et ses guerriers rejoignent le monde des ténèbres un an plus tard. Cette troupe pourra revenir parmi les vivants, mais à condition de ne jamais descendre de cheval. Elle est ainsi condamnée à une errance éternelle. Simple armée de fantômes dans un premier temps, les légendes feront plus de cette mesnie d'Herla une troupe de chasseurs maudits. Ce thème devient ainsi une déclinaison du cycle des chasses  fantastiques que l'on rencontre un peu partout dans nos régions...

Appliqué à la légende d'Hellequin, sa 'mesnie' désigne la troupe d'esprits fantastiques qu'il commande : des démons, ou plutôt des incarnations de défunts, montés sur des chevaux rapides, accompagnés de chiens hurlants, qui chevauchent à travers les airs pendant les nuits d'orage en punition de leur péchés.
Voilà ce qu'écrit Orderic Vital, moine historien des XIe et XIIe siècles :
"Certain jour en en l'an de grâce mil nonante et unième, Gauchelin de Normandie, prêtre pieux et dévot, vit fantassins et cavaliers défiler par la route. Grande armée c'était, multitude innombrable et moisit en désordre, portant accoutrements noirs et pennons barrés de sable. Y avait croque-morts ayant chargé cercueils sur leurs épaules. Y avait des Ethiopiens. Y avait des nains hauts de sept empans, le chef gros comme muid ou barricel. Y avait routiers et malandrins. Y avait moines et clercs, voire juges et abbés et évêques. Y avait chevaliers en bel arroi, y avait dames chevauchant haquenées. Et soufflait un vent fort et roide, lequel vent soufflant ès-cottes, robes et manteaux, de leurs sièges arrachait les nobles dames, les soulevait la hauteur d'une franche coudée, puis cheoir les laissait en leur selle, laquelle hérissaient de longs cirais au feu rougis. Et voyant icelle foule passer, Gauchelin le prêtre s'émerveilla fort et s'écria – Haï ! ce sont les gens à Herlequin!"
Seulement à l'époque christianisée de Roger de Laron, l'expression de Mesnie Hellequin, ou de Chasso Galero a pris la signification de famille diabolique. Ainsi, c'est le Diable, qui conduit l'assemblée de cavaliers rencontrée par le seigneur... !
A partir de ce moment, Roger de Laron, va petit à petit se soustraire des yeux de la compagnie de hommes de son temps... 
Et pourtant, Roger de Laron, va trouver une épouse ; c'est une histoire assez incroyable, et représentative des croyances de cette époque …

samedi 14 janvier 2017

Histoire et Légendes en Limousin : Roger de Laron. ( Saint-Julien-le-Petit ) - 4/.-

Je rappelle, ce que j'avais déjà développé, pour raconter 'la légende' du retour du trésor des Templiers en Limousin … En effet, à Saint-Jean d'Acre, un personnage, entre dans la vie de Roger de Laron : il s'agit de Hugues de Clairavaux (1274- 1356), chevalier du Temple, puis de l'hôpital, commandeur de Paulhac. Je vous renvoie ici, pour le développement.

Le 13 octobre 1307, donc, Roger de Laron est arrêté, sans doute au petit jour, avec tous les membres de l’Ordre présents dans la commanderie. Ils furent emmenés sans ménagement à Limoges, semble-t-il,  par la milice du Sénéchal du Limousin et entendus par Renaud de la Porte, évêque de Limoges.
Roger de Laron, est finalement relâché, fin 1312... Il abjure son apostasie et ses erreurs... Puis, il reçoit l'absolution et est admis à la communion … Il est donc libre...

Une partie non négligeable de ce trésor, est récupéré directement par Roger de Laron, qui enfermé dans son château, tente ensuite de se faire oublier …

L'historique de la lignée et des terres de 'Laron', étant précisée, au mieux que je puisse. Nous pouvons à présent pénétrer dans l'esprit des lieux, qui n'ont d'autre histoire que celles des légendes et des traditions populaires. Ils sont transmis de bouche à oreille, avant d'avoir été, pour certaines, transcrites.
Par définition, la légende tient de faits réels ; une histoire est racontée puis est transmise par oral d'où les modifications. On peut la définir comme un récit qui mêle le vrai et le faux...
Si la légende rencontre l'histoire, nous pouvons encore aujourd'hui la voir, la toucher... L'avoir là, devant nous... ! Il suffit de vous promener sur une colline que l'on aperçoit du bourg de Saint-Julien le-Petit, de l'autre côté de la Maulde qui coule dans le vallon.


"Le seigneur du château de Rochein avant de partir pour la seconde croisade, confia sa femme Geneviève et son fils Manuelou à son régisseur Félon. Au bout de la première année, pensant que son maître ne reviendrait pas il prit sa place, Geneviève se refusa à lui et préférât s'enfuir avec son garçon. Dans les bois la mère et son fils se nourrissent de racines mais l'enfant dépérit... Un soir une biche accompagnée de son faon s'approche d'eux en boitant, une épine piquée dans une patte. Geneviève lui retire délicatement, la bête se couche alors à ses pieds et permet à Manuelou de la téter. 
Sept ans plus tard le Seigneur revenu de la croisade apprend par le régisseur la disparition tragique de son épouse et de son enfant. Quelques jours plus tard, il chasse dans la forêt et croise une biche qui le conduit vers une grotte où malgré les haillons, il reconnaît sa femme et son fils. Tout le monde revient au château en compagnie de la biche et de ses faons."

Le site de cette légende se nomme "Le Mont Sainte-Geneviève", il existe sur cette colline une source qui ne tarit jamais et dont les eaux ont des pouvoirs de guérison. Un calvaire y a été installé, outre la croix on peut y voir d'un côté Marie et de l'autre Sainte-Geneviève, à leurs pieds une représentation de la biche.

La colline Ste Geneviève et sa fontaine sont toujours un lieu de pèlerinage. Des morceaux de tissus, des fleurs sont disposés autour des statues...
A suivre ...

mercredi 11 janvier 2017

Histoire et Légendes en Limousin : Roger de Laron. ( Saint-Julien-le-Petit ) - 3/.-

Après donc, avoir situé dans sa lignée, Roger de Laron... Je m'attache rapidement à la situation géographique du domaine du seigneur de Laron, en ce début du XIVème siècle, alors que l'ordre des Chevaliers du Temple, vient d'être dissous.

''Saint-Julien-le-Petit '', est le nom de la paroisse où se trouve le château du Laron, elle appartient au bailliage crée par Philippe IV, qui est qualifié de bailliage (ou prévôté) royal de Laron, mais aussi de Laron et Masléon.
Pour atteindre à Saint-Julien le Petit, ce qui devait être l'emplacement du château, on franchit – aujourd'hui - la rivière au '' Moulin de Larron '' puis on grimpe la colline, motte féodale dans la forêt, qui surplombe le barrage sur la Maulde : l'endroit était connu encore au XIXème siècle sous le nom de « butte de Rochein » ou « château de Rochein » ainsi que le prouve le relevé cadastral de 1835 (Saint-Julien-le-Petit, section dite « d’Artigeas », E1).

Des vestiges d’une tour ronde, de nombreuses pierres éparpillées, des restes de murs recouverts par la mousse, et aussi, côté sud, l'entrée d'un souterrain, attirent l'attention.
Le nom de château Rochein n'a jamais été vraiment élucidé. Pour Louis Guibert, qui reste pratiquement l'un des seuls historiens à s'être intéressé à ce site, le toponyme « Rochein » pourrait dériver tout simplement de « Rocher ». A moins qu'il ne fasse référence à la dynastie des seigneurs de Laron où le prénom « Roger » était récurrent.
Des témoignages de riverains du site ont été recueillis au XIXème siècle, révélant des vestiges plus abondants qu'aujourd'hui. La plupart des pierres de construction ont été réemployées, sans doute pour des édifices de la région. Dans quelques vieilles maisons voisines, on peut remarquer des linteaux remarquables. Les ''anciens'' disent connaître l'emplacement du château disparu et en parlent...

Sur cette disparition du château, diverses légendes circulent... On dit que le château de Laron aurait été pris par les Anglais , grâce à la complicité d'une servante, et détruit par eux au cours de la Guerre de Cent Ans... Une notice du Cartulaire d'Aureil ( non précisément datée) parle de la "guerre de Laron": "Quidam miles de Larunt, nomine Willelmus de Gemeu '' (cartulaire d'Aureil, fol.2).
Une autre éventualité a refait surface au cours du XIXème siècle, entretenue par les histoires que se transmettaient ''les anciens'', elle évoque un chevalier Templier qui se serait ici terré ; et rendu fou par la possession d'un fabuleux trésor …

Le nom de Saint-Julien-le-Petit viendrait de Juliannus martyrisé à Brioude au IIIème siècle. Antérieurement au Xème siècle la commune se nommait Saint-Julien-près-de-Laron ( ou Larron) , puis fut baptisée de son patronyme actuel en 1135.
Saint-Julien le Petit est dans l'orbite de Saint-Léonard de Noblat...

- Les premières mentions qu'on connaisse d'un ''Léonard'' au cours du VIème siècle, se trouvent dans la chronique d'Adémar de Chabannes écrite vers 1028 et dans la correspondance de l'évêque Fulbert de Chartres mort cette même année. Par l'intermédiaire du chroniqueur, c'est surtout Jourdain de Laron, évêque de Limoges de 1023 à 1051 qui semble être le véritable inventeur du culte de saint Léonard. Jourdain de Laron était en effet précédemment dévôt laïc du chapitre collégial de l'église de Noblat où était conservé la dépouille de Léonard. Devenu évêque au moment où prends corps la légende de l'"apôtre" Martial et qui favorise le sanctuaire de l'abbaye de Saint-Martial, il va naturellement s'attacher à organiser le culte de saint Léonard, lieu dont il était le seigneur laïc. Adémar commence donc par relater que vers 1017, plusieurs saints, dont le saint confesseur limousin Léonard, se signalèrent par d'éclatants miracles.
Parmi, ces grands barons, il ne faut pas oublier les prélats et, en premier lieu, l'évêque qui dispose d'un episopium substanciel. Ce domaine épiscopal sur lequel il "règne" en seigneur ne le distingue pas des autres potentats. Il y possède des châteaux qu'il confie à des chevaliers vassaux...

Dès le XIème siècle, les évêques sont maîtres de la Cité, l'ancien chef-lieu de la civitas du Limousin, fortifiée depuis le IVème siècle. Ils contrôlent aussi les domaines constitués autour de Saint-Junien, d'Eymoutiers, de Chateauneuf, de Laurière, de Razès, de Nieul et de Noblat, il se font reconnaître suzerains des castra d'Alassac, de Donzenac et de Voutezac et, vers 1210 seulement de Malmort.
A Noblat, quoique seigneur éminent du castrum puisque ses partiaires lui devaient hommage, l'évêque n'était que médiocrement le maître : il devait partager avec trois autres co-seigneurs la jouissance de la tour-maîtresse à raison d'un trimestre chacun.
Au cours du XIIIe siècle, les rois de France donneront des privilèges aux habitants de la cité ; c’est ainsi qu’ils élisent, tous les ans, huit consuls.

Les terres du seigneur de Laron, font partie de des terres relevant du temporel de l'évêque de Limoges entre la Haute-Marche et les vicomtés de Limoges et de Bridiers (Bénévent et le Grand-Bourg de Salagnac dans la Creuse actuelle) et d’autres relevant directement du Poitou (Peyrat-le Château, Haute-Vienne) et Bourganeuf (Creuse).
Signalons que c'est à l'époque de notre Roger de Laron, que vécut Raynaud de la Porte (1260-1325), évêque de Limoges. Raymond fut un des huit juges au procès des templiers. On peut voir son tombeau dans la cathédrale de Limoges.
Au XIII et XIVe siècles, en Limousin, 6 grandes villes sont prépondérantes  : Felletin, Saint-Léonard-de-Noblat, Tulle, Brive-la-Gaillarde et surtout Limoges-Cité et Limoges-Château. Les ensembles Brive-Tulle et Limoges-Saint-Léonard forment deux pôles principaux.

-- Je rappelle enfin :
Jean de Bretagne devient vicomte de Limoges, en 1301. En 1308, les provinces d'Aquitaine retombent dans les mains des Plantagenêts, le prince de Galles ayant épousé Isabelle, la fille de Philippe le Bel (1285-1314).
En 1309, les papes, à la demande de Philippe le bel, s'installent à Avignon jusqu'en 1376.

En 1314 : Jacques de Molay, grand-maître des Templiers est condamné à brûler vif. Les Templiers avaient été arrêtés, dans tout le royaume de France, le 13 octobre 1307 par le roi Philippe IV le Bel.

dimanche 8 janvier 2017

Histoire et Légendes en Limousin : Roger de Laron. ( Saint-Julien-le-Petit ) - 2/.-

-Suite de l'histoire de la lignée '' de Laron ''

Je reviens à la fille unique de Gui de Lastours dit «Le Noir» ( fils de Gouffier)  : Aolaarz de Lastours ( dame de Lastours, Terrasson, Pompadour et Hautefort ) ; elle épousa Aimar Comtour de Laron, fils de Roger de Laron, ( connu pour avoir été le témoin en 997 d’une charte de Boson II, comte de La Marche et de Périgord )
On connait Adhémar ( ou Aimar) comptor de Laron, en ce qu'il était proche parent de Jourdain de Laron,évêque de Limoges mort fin 1051,et petit-fils de Adhémar de Laron et de Rocile sa femme. Adhémar était présent en 996 avec ses parents et son oncle Vivien à la donation faite à l'abbaye d'Uzerche. Le 15 juillet 1028, il était avec sa belle-famille à la consécration de St-Pardoux. Il fit des donations en 1040 et 1052. Après son veuvage, (Aolaarz était de faible santé, elle mourut le 2 des ides de juillet 1035 et fut inhumée auprès de sa mère), il se remaria avec Damoiselle Flamenc soeur d'Ithier du Chalard, évêque de Limoges et fille d'Adhémar Flamenc prince du Chalard. Il mourut avant 1063.
Alooarz De Laron
(née De Lastours)
Adhémar et Aolaarz eurent un fils : Gui ( dit de Lastours) de Laron (1060-?)
Mais, et c'est ce qui intéresse notre histoire, la famille de Lastours ''s'éteint '' avec Aolaarz de Lastours qui épouse Adhémar de Laron. Pourtant, leur fils Guy, issu pourtant par son père de la plus haute aristocratie mais surtout héritier des biens de sa mère, « fut substitué de facto aux nom et armes de la 1ère maison de Lastours et ne porta jamais le nom de Laron » ( chronique de Geoffroy de Vigeois)...
Le nom de Lastours, fut lui-même abandonné pour celui de Hautefort...


- En 1180, Guillaume de Gimel est qualifié de Chevalier de Laron, c'est sans doute pour cela d'après les mêmes archives qu'Auriat appartint ensuite à une branche de la puissante famille des seigneurs de Laron.
- 1201 : Donation par Roger de Laron, consistant en divers Mas situés près de Grosmont et de Melcam. Description du sceau de Roger de Laron appliqué au bas de cet acte : une tour ajourée dans le haut de deux fenêtres au-dessus d’un mur crénelé.

- 1266 : Donation par Roger de Laron et Ahelis, sa femme, soeur de Gaucelin de Châteauneuf, d’une rente de vingt sous aux moines de l’Artige à prendre dans la manse de Cheyre. (Dom Estiennot frag. hist. aquit. t. II, p. 208).

L'Eglise d'Arnac-Pompadour est consacrée par l’évêque Jourdain de Laron, en 1028, statue de St-Martial.

Les seigneurs de Laron ont fait dans tous les temps de nombreuses fondations religieuses ( dont l'abbaye de Dalon...) , et plusieurs d'entre eux sont allés combattre les infidèles en Terre-Sainte.
La famille de Laron a joué un rôle important en Limousin dans le haut-Moyen-âge, et a fourni deux évêques de Limoges, Jourdain ( 1023-1051) et Gui (1073-1086).

* Si le nom de Laron, continue d'être porté, le château d'origine et les terres qui s'y attachent, ne sont plus cités. Aussi, j'imagine la situation suivante : Guy de Lastours, remet à Adhémar, son demi-frère et ''bâtard'', la propriété du Château de Laron. Adhémar de Laron, maintient ainsi en toute discrétion la lignée... Jusqu'à Roger, seigneur de Laron, né en 1272, en ce château limousin …

Lignée, qui finalement va disparaître – obscurément – dans les circonstances que je vais tenter de relater. Je le fais, sans aucune source historique, mais avec la complicité des légendes locales...
Même si après 'notre' Roger de Laron, certains n'hésitèrent pas à marquer leur appartenance à cette lignée, en affichant ce nom.... par exemple, et ce n'est pas sans intérêt...
Plusieurs autres branches de l'illustre maison des Laron ont subsisté longtemps en Limousin, et jusque au 15e siècle. Par exemple : Jeanne de Laron, fille de Pierre, et d'Isabeau des Molins ou de Moulins, sœur de Jean et de Nicolas de Laron, fut mariée, en 1405, à Jean Adémar de Lostanges, damoiseau, co-seigneur de Loslanges et de Beynac, en Limousin, dont descendent les seigneurs de Sainte-Alvère, en Périgord.

- En 1446, Jehan Cottet ( ou Collet), seigneur de Laron, paroisse de Saint Julien le Petit, et des Biards, paroisse de Saint Yrieix, devient commandeur des Templiers de Paulhac. 
Eglise de Sauvagnac (87)

A Sauvagnac, il fait ouvrir deux chapelles proches du portail et met ses armes au-dessus des deux petites portes: deux lions rampants et le chef de Malte, de gueules à la croix d’argent. Il fait don à la chapelle de la statue à laquelle les populations d’alentour ont voué un culte traditionnel, en particulier les futures mamans et  les familles dont un membre est en danger... Pendant des siècles, Sauvagnac fut un lieu de pèlerinage très fréquenté. Pour ce qui est de la Commanderie des Templiers de Paulhac : à la suppression de cet Ordre par Philippe le Bel en 1312, le bien revient aux chevaliers de St Jean de Jérusalem. Ils y installeront une maladrerie.

jeudi 5 janvier 2017

Histoire et Légendes en Limousin : Roger de Laron. ( Saint-Julien-le-Petit ) - 1/.-

Avant d'arriver aux histoires édifiantes et légendaires qui entourent le personnage de Roger de Laron ; je rappelle que nous l'avions rencontré lors de notre périple en Creuse : ici : Sur les traces du trésor des Templiers, en Limousin. -1/... ( en 6 articles ...)
Et, je vais d'abord vous refaire l'histoire de cette prestigieuse lignée, en 3 ou 4 articles ….-

Les Laron font partie de ces lignées très anciennes. Ces familles, tenant un château éponyme majeur, essaiment parfois en plaçant un cadet dans un site secondaire, il faut attendre la seconde moitié du XIIe siècle pour qu’un lignage particulier n’y émerge et s’en titre. Dans les actes d’hommage de la première moitié du XIe s., les seigneurs limousins ne se titrent pas, se contentant de préciser le nom du château qu’ils reconnaissent tenir en fief. Pourtant, tous ces lignages sont maîtres de leur château parfois depuis plus de deux siècles.
En Limousin, dès le XIIe siècle, de grandes familles baronniales qui tiennent de nombreux biens, en partie non soumises aux droits seigneuriaux, figurent parmi les tout premiers témoins des familles vicomtales, mais ne portent pas de titre. On les appelle souvent "princeps de tel château", et on cite : les Lastours, les Chabanais, les Laron, les Malmort …
De manière étrange, alors qu’ils constituent l’une des toutes premières familles non titrée de la région, les Laron déclinent rapidement entre le milieu du XIIe et le milieu du XIIIe siècle, perdent même leur château éponyme et finissent par disparaître après 1350... dit-on. Car enfin, maints documents notariaux continuent de citer en Limousin des 'de Laron'...


Mon personnage, Roger, seigneur de Laron - fils de Roger de Laron et d'Ahelis sa femme, soeur de Gaucelin de Châteauneuf... - aurait 35 ans en 1307, il serait né vers 1272 et mort très vieux; peut-être vers 1342 à 70 ans... Il fut chevalier ou servent templier.
Ce Roger, est attaché à la lignée des ''de Laron '' dont voici un témoignage:
« Roger de Laron ( le père ), chevalier, s.d'Ajain, en 1266, épousa Athelis, fille de Gaucelin de Châteauneuf et consentit à ce que le comte de la Marche établit, sur ses terres de Rimondeix et de Saint-Arcy, une commune france, avec les usages de Saint-Pierre le Moutier, dont ils partageaient les revenus. » Extrait du Grand dictionnaire de la Haute Marche: Historique, généalogique et biographique - Par Ambroise Tardieu - 1894

Je reviens en arrière, du plus loin que j'ai pu trouver :
- Adhémar de Laron; né env. 935, décédé 993. Marié avec Roscille ??; née env. 940, décédée 996.
- Roger de Laron; né env. 990, Seigneur de Laron au confins du Haut-Limousin et de la Marche, au nord-est d'Eymoutiers.
- Pierre 1er de Pierre Buffière; né après 980, décédé après 1052. Marié env. 1010, avec Pétronille de Laron; née env. 985, décédée après 1036.

- Roger de Laron est mentionné dans une charte de l'abbaye d'Uzerche, de l'année 1003. ( Cartul. de ce monast. fol. 99. Il eut pour fils , Aimar, comtor de Laron, marié, avec Aolaarz ( ou Aolaaz ou Aloarz) de Lastours (1000-1035) , fille et héritière de Gui. seigneur de Lastours (+1030, à l'âge de 50ans).
Blason de Alooarz De Laron  (née De Lastours)
- Aimar Comtour ou Adhémar de Laron; né env. 1020, décédé 1063. Marié avec Aloarz ou Alaïdis de Lastours; née env. 1030.
- Enfant Guy (de Lastours) de Laron ( 1060-
marié avec Agnès de Chambon ( fille de Amélius de Chambon, prince de Combrailles (1020 - 1092) )
enfants : Geraud de Lastours (1085-1116)  ;
Bertrand de Born

(Miss) Agnès de Lastours (1105- ; mariée avec Ytier de Born : avec pour enfant Bertrand 'le troubadour' de Born … ! ( quand même …!)

Golfier 'le Grand' de Lastours ( d'Hautefort) (1080 +1135) ; marié avec Agnes d'Aubusson ; enfants Raymonde de Lastours et Olivier de Lastours...

- Gérald de Laron; né env. 1050. Marié avec Pétronille ??; née env. 1055.

- Gaucelin III de Pierre Buffière; né env. 1090, décédé après 1122. Marié env. 1110, avec une dame ?? de Laron; née env. 1085.

lundi 2 janvier 2017

La Quête du Graal : La nef de Salomon – 7/21 -

* Quelle est votre Question ? ( en conclusion de l'étape précédente..) : Les deux Templiers...
- « Avec qui, avec quoi, je partage ma vie, mon idéal.. ?  »
Entrez !
Galaad, Bohort, Perceval et sa sœur trouvent la nef de Salomon
Tiré du ''Lancelot du Lac et la quête du Graal'', Bnf ms fçs 343 - 1375-1400

Dans ''L'Estoire del Saint Graal '', chaque bateau rappelle la Nef de Salomon
Sans véritable aspect matériel : '' Elle est riche et belle '' : cette embarcation est ''extra-ordinaire'' ; elle contient le Graal, et autres objets sacrés... Elle vogue vers un ''autre-Monde''. Elle est symbole, qui ne peut se déchiffrer sans aide divine... ! Le Christ lui-même intervient envers Salomon, et le chevalier Nascien. Elle pourrait être le symbole de l'Eglise, mais comme symbole, elle ne s'arrête pas à une seule allégorie. La nef est aussi une métaphore du récit et de son élaboration … La nef est aussi un ''Livre''

La nef bâtie par le Roi Sage et sa femme, la reine de Saba, connecte l'époque arthurienne de la Quête du Graal, à l'époque Biblique... Intelligence et Imagination : la reine avait eu connaissance des événements futurs dont l'avènement du Christ ( naissance, mort et résurrection) ; elle avait prédit qu'un descendant direct de Salomon trouverait le Graal. La reine de Saba avait demandé à Salomon, tenu au Moyen-âge pour un grand magicien, de construire une nef capable de voguer à travers le temps et l'espace... Les trois chevaliers du Graal avaient été transportés depuis la Bretagne arthurienne dans la ville paradisiaque de Sarras, devenue la demeure du Graal.
Ecuries du Roi Salomon
 à Jérusalem - Sources Abbé Fillion 1860

* Pourquoi les Templiers ?
Salomon fait donc construire le Temple... Le site du Temple est devenu le siège de l'Ordre, et suggère le nom de l'Ordre... Selon certaines légendes : les Templiers auraient fouillé la zone entourant le mont du Temple et les souterrains se trouvant sous les anciennes fondations du bâtiment à la recherche de … ?: Un Trésor, un Secret, une Relique … ?

Dans notre scénario de la Quête, cette étape est cruciale... Incitation intérieure vers une nouvelle direction... ? Ou en suis-je – sur le Chemin - de mon engagement ?


Pour continuer le Chemin ( à préparer) : - Quelle est votre question ?

Sources : Le Tarot du Graal de John Matthews