mardi 6 décembre 2016

La Quête du Graal : La reine de Saba – 3/21 -

* Quelle est votre Question ? ( en conclusion de l'étape précédente..)
- « Quelle est la source de ma recherche. ?» ou « Qui peut- m'accompagner.. ? »
Entrez !

C'est une autre figure féminine ; la figure de la souveraine. Pour un chrétien, l'image reçue de Marie, la mère du Christ, y correspond avec la '' Marie reine'', ou la ''Mater Dolorosa''...

Dans le Premier Testament, cette figure d'impératrice est reprise par la Reine de Saba, comme épouse du roi Salomon ( carte suivante)... Elle est connue pour l'importance et la pénétration de son intuition ainsi que pour son discernement inné. Elle teste la sagesse du roi Salomon en lui posant nombre d'énigmes...

Dans les mythes du Graal, c'est la reine de Saba qui a la vison du Graal et prophétise qu'un descendant de la lignée royale Le découvrira.. Elle demande à Salomon de bâtir une nef capable de traverser non seulement l'espace, mais aussi le temps, jusqu'à l'époque d'Arthur, lorsque les mystères de la Coupe seront révélés. Au cours de la Quête, c'est le bateau dans lequel Galaad ( descendant de Salomon), Perceval et Bohort voguent vers Sarras, la ville mystique du récipient sacré.
Salomon et la Reine de Saba de Pellegrino Tibaldi , les deux personnages montrent à la fois le Haut et le Bas.
Autre personnage, qui s'en approche : Guenièvre manifeste l'harmonie entre le roi et sa contrée... 
The Lady Guinevere, by Alexie King


Si elle ne trouve pas à tous les niveaux un amour réciproque de la part de son époux, elle cherche alors un champion pour faire réagir le roi et lui rappeler ses devoirs envers sa reine et le pays qu'elle 
représente.

Elle est en réalité défendue par de nombreux chevaliers, dont le champion du Graal, Peredur ( Perceval, Persifal), et Gereint... Chacun venge Guenièvre quand elle est insultée par un chevalier sans nom, qui vient peut-être de l'Autre-Monde...


La reine de Saba, ou Guenièvre, représente le désir d'agir et d'entreprendre ; elle est une participante puissante et redoutable à la Quête, accompagnant les chercheurs et les encourageant à faire le nécessaire pour réussir.



Pour continuer le Chemin : - Quelle est votre question ?

Sources : Le Tarot du Graal de John Matthews

samedi 3 décembre 2016

La Quête du Graal : Marie-Madeleine – 2/21 -

* Quelle est votre Question ?
- « Qui est-Il?», la question devant le tombeau vide... 
Ou « Quel savoir, quelle connaissance, puis-je espérer ? »
Entrez !

S'il s'agit ici, de Marie-Madeleine, il ne s'agit pas de réduire ces deux dernières cartes à un couple comme un autre. D'abord si l'on évoque l'incarnation divine, elle ne peut se réduire à du ''masculin''...
Marie-Madeleine, est la première apôtre, et le première témoin du mystère. Elle est proche de Jésus, et comme femme, elle porte l'image de l'union de l'âme humaine avec le divin... 
Elle rejoint d'autres mythes qui évoquent Sophia...
Alors qu'elle est l'apôtre des apôtres, nous ne retenons d'elle que l'image dévalorisante de la prostituée... ! Cette crainte de parler de Marie-Madeleine et de Jésus et de la féminité, illustre bien la difficulté de l'Eglise à donner une ''vraie'' place aux femmes en son sein... Mais, nous ne sommes qu'au XXIème siècle... Le catholicisme a encore le temps d'évoluer... Patience...

Pour ce qui est du Graal : je rappelle que lors de la procession dans le château du Roi Pêcheur, devant Perceval... Le Graal est porté par une demoiselle. Je pourrai évoquer aussi la place des femmes dans la Légende arthurienne ; et la tentative vite étouffée du rôle du féminin dans ''l'Amour courtois''...

Le personnage féminin arthurien correspondant, peut être '' la Dame du Lac''. Elle a le rôle d'instructrice, d'initiatrice... Elle assiste les chevaliers, en particulier Lancelot...

Avec le Christianisme, bien sûr, ces ''modèles'' sont délaissés... Sauf, qu'ils peuvent revenir par la sagesse populaire : ainsi le culte marial. Marie, est l'une de ces images ; et qui peut avantageusement être complétée par la figure de Marie-Madeleine.
Et, si ce n'est – toujours - pas évident pour les catholiques: nous voyons ainsi, comment la tradition très ancienne du Tarot, nous oblige à nous interroger sur là où cela peut gêner … Ici, la place du féminin ...
by Gino D'Achille

Pour continuer le Chemin : - Quelle est votre question ?


Sources : Le Tarot du Graal de John Matthews

mercredi 30 novembre 2016

Ana Oliveira, L'Identité dans le temps...

Des images qui nous interrogent sur notre identité... au cours du temps ...



Ana Oliveira, photographe basée à Londres, a essayé d’illustrer à travers une série de photographies d’identité la force du temps. En noir et blanc.
Une photographe basée à Londres, une série intitulée Identities et des images en noir et blanc qui traversent le temps. Pour son nouveau projet, Ana Oliveira s’est plongée dans le passé et le présent de photos d’identité afin de montrer le passage du temps sur les visages.

Un processus de production et de comparaison qui n’a pas eu besoin d’un logiciel comme Photoshop. Bien au contraire, Oliveira a retrouvé des images datant de presque soixante ans pour ensuite dénicher leur sujet et, à nouveau, les prendre en photo avec les mêmes postures.


Bien sûr, vous avez déjà vu ça quelque part. De nombreux photographes et artistes se sont déjà essayés à cette pratique courante de la mise en perspective photographique de la vieillesse. On peut notamment citer le travail de Irina Werning et sa série Back To The Future; à voir une prochaine fois ...








dimanche 27 novembre 2016

La Quête du Graal : Le Christ – 1/21 -

Une, parmi les bonnes questions à poser, au moment précédent de ce Chemin, était : « Qu'est-ce que je recherche, dans la vie ? »
Félicitation ! Vous êtes invité à poursuivre.
Entrez !

Ne vous étonnez-pas, de trouver la figure du Christ. Cette Quête est celle du 'Graal', celui de ''La Queste del Saint Graal  ''…

Le ''Chercheur'', afin de poursuivre sa route, doit avoir rencontré son ''maître'' : « Quand le disciple est prêt, le maître arrive... ». Le Maître accepté, ici, est le Christ... le mot ''Christ'' est une expression de foi, puisque Christ : signifie : Jésus ( Homme et Dieu) né, mort et ressuscité...

Ce que le Christ a fait, notre esprit ( la fine pointe de l'âme) peut le faire. Le Chemin, insinue que je suis capable de me transformer en être humain spirituellement réalisé... 
Le Christ est ce ''magicien'' capable de me transformer et dont les signes ponctuent les épreuves imposés par la quête du Graal...
Christ est le médiateur entre les réalités de ce monde ( décrites dans les Evangiles) et celles de l'Autre monde...

Depuis, Robert de Boron, et les ''continuations'', le Graal est la coupe qui recueillit le sang de Jésus Christ sur la croix, la même coupe qui servit à la Cène.
Le Graal exprime le symbolisme du réceptacle : symbole féminin de la puissance divine '' tout amour'' ; et celui du contenu : le message fécondant de la révélation, l'agir divin. Le Graal exprime le mystère de la Présence de Dieu dans l'homme, et celui du Dieu-Homme révélé dans Jésus-Christ.
Henry Lee Willet, 1948.
Grosse Point Memorial Church, Michigan.
Galahad's Consecration Into Knighthood

Galaad, le chevalier parfait, le héros de la «chevalerie célestielle» achève victorieusement la Queste, en communiant au Graal, il retrouve dans son cœur ''l’imago Dei''...

Quant au lien des Templiers avec le Graal, il est fait par Bernard de Clairvaux, dans sa règle du Temple où il parle de l'ordre en termes similaires aux descriptions des chevaliers du Graal des romans médiévaux de l'époque...
Peu après que Bernard eut rédigé ce texte, l’Église commanditait sa propre variante très christianisée de la légende arthurienne, avec l'histoire du Graal depuis l'époque du Christ à la fin du règne du roi Arthur – le Cycle Vugate ou Lancelot-Graal...

Pour continuer le Chemin : - Quelle est votre question ?

Sources : Le Tarot du Graal de John Matthews


jeudi 24 novembre 2016

La Quête du Graal : le Chercheur – 0/21 -

Je vais commencer une nouvelle série : En une vingtaine de chapitres, amorcer le chemin de la Quête du Graal, * en suivant des épisodes de la Légende arthurienne, * en relisant des passages historiques, en particulier ceux des Templiers, * en se nourrissant de la symbolique chrétienne du Graal ( sans oublier ses racines celtiques...)...

Vaste entreprise, qui a besoin d'un ordre ; et autant le choisir traditionnel. Je choisi les arcanes du Tarot ; qui ne servent ici qu'à illustrer un propos... Ce propos ne se veut pas ésotérique, il n'est porteur d'aucune connaissance initiatique... Il peut se tromper, se corriger, s’accroître, et se moquer de lui-même …

Le personnage principal, c'est moi, c'est vous. C'est le ''Chercheur'' ; en l’occurrence ici : le Chercheur du Graal...

Qui est-ce ? Un jeune homme à l'air innocent, en marche, sur une route qui disparaît à l'horizon. Il arrive devant une épreuve, par exemple un abîme qui ne peut être traversé qu'en passant sur une grande épée posée à travers, comme un pont.
De l'autre côté, le Graal, lumineux, suspendu dans les airs...
L'histoire du Graal, est celle d'une recherche, d'une Quête.
Des textes anciens, comme le poème gallois '' Preiddeu Annwn'' racontent le voyage entrepris par la héros, Arthur, et ses guerriers à la recherche d'un chaudron magique – propriété du Seigneur de l'Autre Monde – qui ramènent les morts à la vie...
Dans le Conte du Graal, de Chrétien de Troyes, le Chercheur est un jeune homme naïf, dont l'innocence et le manque d'expérience sont bénéfiques à la Quête. Affranchi des désirs du ''monde'', il est libre de chercher...
Le Chercheur ne s'inquiète pas d'être compris d'autrui et poursuit sa route solitaire, inspirée...

A lire : Le chevalier à la Charrette : pour délivrer Guenièvre et pénétrer au royaume de Gorre, Lancelot se rend jusqu’au Pont de l’Epée, dont la lame tranchante le blesse profondément. L’aventure s’achève, après de nombreuses épreuves, par la victoire de Lancelot sur Méléagant et la libération de la reine. ( Voir l'article suivant)

Dans le Conte du Graal, le but ''ultime'' n'est pas de répondre à quelque question ; mais de poser la bonne question... Rappel :Si Perceval avait posé la question au château du Roi Pêcheur, le roi eût été guéri, et la Terre restaurée ..
Sur ce chemin, il en est de même. A vous de poser la '' bonne question ''… 'Une' réponse sera proposée au chapitre suivant.


Sources : Le Tarot du Graal de John Matthews

lundi 21 novembre 2016

Inspiration Ed Hopper -1/3- ''Clark et Pougnaud ''

Il existe une harmonie de sentiments qui nous habite tous, et qu' Edward Hopper, a mis en esthétique... Les tableaux de ce peintre américain de New-York, né en 1882, et mort en 1967, est un artiste naturaliste. Il peint la vie quotidienne et les paysages américains...
Une grande partie de l’œuvre de Hopper exprime la nostalgie d’une Amérique passée, ainsi que le conflit entre nature et monde moderne. Ses personnages sont le plus souvent esseulés et mélancoliques.
Un de ces tableaux le plus connu est « Nighthawks » (1942) :


Chaque tableau semble nous interroger. Chacun peut avoir son interprétation, chacun y projette son imaginaire. Dans « Nighthawks » par exemple : que font ces personnages accoudés dans ce bar la nuit ?















Les toiles d’Edward Hopper ont été une source d’inspiration pour les cinéastes ( Hitchcock, Wenders …), et ont également intéressé certains photographes, comme nous allons le voir :

Commençons par: 

Le travail photographique de Clark & Pougnaud: «Hommage à Edward Hopper»














''Clark et Pougnaud '', est le nom d'artiste d'un couple d'artistes français, respectivement photographe et peintre.  le photographe Christophe Clark est né à Paris le 29 octobre 1963, et la peintre Virginie Pougnaud, est née le 18 novembre 1962 àAngoulême.

« Nos photos évoquent la solitude qui habite toute forme humaine dès qu’elle est confrontée à la vie.
Nous donnons à voir un instant figé de l’isolement.
Nous commençons toujours par le décor ; l’humain vient ensuite se poser sur telle chaise ou derrière telle fenêtre.
L’architecture ne définit pas la personne, pas plus que l’inverse, chacun est indépendant, mais ils cohabitent.
Nous promenons des personnages dans des univers reconstitués, c’est un genre de roman photo, duquel ne serait tirée qu’une seule image.
Des comédiens jouent un morceau de vie qui n’a pas été écrit, car l’histoire qu’ils racontent est connue de tous et chacun peut y mettre la sienne. 
»







vendredi 18 novembre 2016

Un objet peut-il être une personne ?

Cette question, est le titre d'une ''CONVERSATION SCIENTIFIQUE''( France-Culture) – animée par Etienne Klein, avec la participation de Anne-Christine Taylor : anthropologue, Directrice de recherche au CNRS et conseillère scientifique d'une exposition, que j'ai découverte ensuite par Internet : ''Persona'' …
Bien sûr, témoignent alors des objets troublants des peuplades primitives qui dévoilent le caractère mouvant et multiple des objets rituels, magiques …
Mais, je pensais, moi, même s'il n'en a pas été question dans l'émission : aux reliques chrétiennes, mais surtout à l'hostie consacrée : objet et ''présence '' de Dieu …Avec cette question en tête, je reviens sur cette exposition '' Persona''

« Comment l’homme instaure-t-il une relation insolite ou intime avec des objets ? Un groupe d’anthropologues s’est penché sur ces questions, à l’heure où notre conception de l’humain vacille et que ses frontières ne cessent d’être repoussées. »La robotique aujourd'hui, nous permet de réfléchir sur le rôle de l’anthropomorphisme, dans notre relation avec des objets, et même avec des animaux …

"Comment un objet accède au statut de personne", c’est la question que pose Stéphane Martin, président du musée du Quai Branly, à travers une réunion d'objets issus de la robotique japonaise à l'astromorphologie indienne, en passant par la sculpture africaine.
Bien souvent, au cours de circonstances diverses, - la nuit, dans une forêt, par exemple...- … nous nous interrogeons : n'y aurait-il pas quelqu'un ? Même, derrière un objet … ? Derrière un cadavre … ?
En 1944, les psychologues Fritz Heider et Marianne Simmel montrent à un public, des figures géométriques avec mouvements aléatoires. Très vite, les spectateurs accordent des intentions aux formes. Mieux, ils donnent des sentiments aux structures mouvantes.



Il y a ceux qui vont encore plus loin et considèrent que l'invisible est peuplé de nombreuses présences. Fantômes, esprits, proches décédés...  Thomas Edison travailla les dix dernières années de sa vie, sur une machine pour faire parler les morts.
L'exposition nous invite dans "La vallée de l'étrange" de Masahiro Mori, pionnier de la robotique. Ce chercheur affirme que "plus une créature artificielle a forme humaine, plus elle crée de la curiosité, de l'empathie, de l'attachement; mais ceci est vrai jusqu'à un certain point". Passer un certain stade de ressemblance, c'est l'inverse. Elle déclenche un malaise, voir une vraie répulsion. Il situe sa "Vallée de l'étrange" entre l'animal en peluche et l'expression artistique de l'idéal humain. Dans cette "vallée", on peut découvrir une grande table en bois, avec un homme  en cours de fabrication. Il a été réalisé en 2011 par Stan Wannet , ingénieur et artiste.Il aime redonner vie à des yeux, des mains, des hommes de bois et travaille souvent avec des animaux morts. L'artiste explore aussi le rôle joué par les micros mouvements dans l'empathie. Il suffit de se retrouver face à face avec des boites d'yeux animés...
Au sujet des robots :ils sont de plus en plus évolués... Les plus forts dans ce domaine, sont certainement les japonais.
Minna Asada présente, sur un écran, ses robots à apparences humaines : plus vrai que vrai... Son robot Androïde CB2 est carrément gênant. Une jeune fille-robot déclare : "Je n'ai rien d'artificiel, je suis vrai". N'a t-on pas envie de la croire.. ? C'est peut-être ça le pire.. !

Certains passent le pas, avec la '' lovedoll '' … Cette poupée de compagnie, en silicone et entièrement articulée. Vu de loin, cette demoiselle pourrait passer pour une vraie jeune fille, d'ailleurs elle est présentée par ses constructeurs comme "compagne de substitution". Et toute poupée renvoyée à l'usine bénéficiera de funérailles dans un temple bouddhiste " précise la chercheuse Agnès Giard. Ou avec ces robots thérapeutiques faisant office d’animaux de compagnie...
Il est des présences potentielles, latentes, comme ce « mnong-gar » vietnamien, par exemple : une figure de paille qui se substitut au corps du malade en vue des rituels de guérison.
Nous ne nous interrogeons pas assez sur notre rapport à l'objet, à l'animal... Quel est le processus de transformation de la matière inerte en objet incarné (voir animé). Il faudrait explorer plus avant nos émotions provoquées (malaise, répulsion, fascination…), nos relations tissées (solidarité, empathie, attachement…).
Faudra t-il que nos artefacts nous ressemblent et jusqu’à quel point ? Sinon, de quelle manière doivent-ils différer ? Les robots sont-ils des personnes “non humaines” comme les autres ? La question vaut pour les robots, mais aussi pour toutes les créatures artificielles.
Le ''transhumanisme'' nous questionne : quelles sont nos limites physiques et intellectuelles... ?

Saint Valère
Ces questions nous renvoient à l'univers de l'invisible, avant qu'éventuellement il ne s'incarne … Ces objets peuvent-ils avoir un lien avec l’autre monde, l’au-delà … qui nourrissent les fantasmes les plus profonds de l’humanité depuis ses origines. La question « que devient-on après la mort ? » est posée … avec des amulettes, des reliques ….
L'exposition propose une expérience : chacun peut composer sa propre statue ou idole en plaçant une tête sur un buste et des pieds à sa guise au gré d’une installation rotative semblant suggérer dans un message d’amitié universelle – Choose your god – Choisissez votre dieu – …
C’est peut-être là, le cœur même de ce qui fait notre humanité, notre capacité à rendre tangible des présences invisibles et à questionner leur fondement, leur réalité. C’est elle qui nous conduit à la pensée spirituelle, religieuse, ésotérique, voire même superstitieuse, mais toujours dans cette quête avide de présence, quand « personne » devient une « personne ».
A faire l'inventaire de toutes ces manières de projeter de la ''personne'' sur des objets ; n'est-il pas légitime de se demander si l'homme n'est pas ce « mammifère agité et obstiné qui pense que le monde a été créé pour lui, et projette partout son image. » ?





Un dieu à visage d'homme ...

Même un espace vide ne se remplit-il pas irrésistiblement de présences, un phénomène paradoxal illustré autant par les tourments de l’ermite que par les expérimentations scientifiques comme cet extrait d’un documentaire de la BBC où sont observées plusieurs personnes isolées quarante-huit heures dans un noir complet, et qui montre que tous les cobayes, vers la fin de l’expérience, sont pris d’hallucinations. ?